La Turquie est un pays situé aux confins de l’Asie et de l’Europe. Elle a des frontières avec la Grèce, la Bulgarie, laGéorgie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, l’Iran, l’Irak et la Syrie. Il s’agit d’une république parlementaire dont la langue officielle est le turc.

La Turquie moderne est une république démocratique, unitaire, constitutionnelle et laïque. Depuis lors, elle n’a eu de cesse de se rapprocher de l’Occident en se joignant, par exemple, à des organisations de coopération : l’OTAN, l’OCDE, l’OSCE, le Conseil de l’Europe ou le G20. La Turquie est officiellement candidate depuis 1963 à l’entrée dans la Communauté économique européenne (CEE), l’actuelle Union européenne (UE), avec qui elle a conclu un accord d’union douanière. Les négociations pour l’entrée de la Turquie dans l’UE sont officiellement en cours depuis 2005. Parallèlement, la Turquie a su conserver des liens privilégiés avec les pays à population majoritairement musulmane comme elle, ainsi qu’avec le Moyen-Orient et l’Asie centrale en participant notamment à l’Organisation de la conférence islamique, l’Organisation de Coopération Économique, et le Conseil turcique. Consultez la fiche Pays de la Turquie d’Ubifrance

Mémo

Langue officielle : Turc
Capitale : Ankara
Plus grandes villes : Istanbul

Politique

Forme de l’état : République parlementaire

Géographie

Superficie : 783 562 km2
Population : 74 724 269 habitants
Densité : 97 habitants/km2

Économie

 

Monnaie : Livre Truque
PIB 2011 : 1 105 000 millions USD

Situation actuelle de la Turquie

Malgré la crise économique de 2001, la Turquie fait partie des pays de l’OCDE qui ont le mieux résisté, avec une croissance proche de 6% par an. La dette publique ainsi que la dette extérieure ont été fortement réduites tandis que les flux d’investissements directs à l’étranger ne cessent d’augmenter, passant de 1 milliard USD en 2002 à 22 milliards USD en 2007.

La Turquie est devenue en quelques années la 16ème économie mondiale et le 5ème marché émergent. Ces bons résultats sont le fruit des politiques monétaire et budgétaire rigoureuses, dans le cadre de programmes en association avec le FMI.

Bien que la Turquie soit encore vulnérable en certains points (importance du déficit courant, forte dépendante aux financements extérieurs), l’économie nationale a renoué avec une croissance de l’ordre de 8% pour 2010 et qui devrait se poursuivre dans les prochaines années.

Présentation de la Chambre de Commerce Franco-turque (CCFT)